24 février 2017
85% des résidents ruraux sont branchés à Internet
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le c.a. est composé, en première rangée, de gauche à droite, de Norbert Risse, Dominic Cadotte et Yvan Lanteigne (secrétaire-trésorier). En deuxième rangée: Louis Duhamel, Richard Hébert (vice-président), Ghislain Beauchemin (président) et Jean-Marc Beauchesne. | Photo: gracieuseté

Le c.a. est composé, en première rangée, de gauche à droite, de Norbert Risse, Dominic Cadotte et Yvan Lanteigne (secrétaire-trésorier). En deuxième rangée: Louis Duhamel, Richard Hébert (vice-président), Ghislain Beauchemin (président) et Jean-Marc Beauchesne. | Photo: gracieuseté

Quatre-vingt-cinq pour cent des citoyens en milieu rural ont désormais accès à Internet haute-vitesse dans la région, desservis par La Coopérative de services Internet Pierre-De Saurel.

Publicité
Activer le son

Depuis six ans, la Coop sert une population qui était négligée. Ce qui fait la fierté de son président-fondateur, Ghislain Beauchemin.

« La MRC de Pierre-De Saurel a proposé le projet. Elle a compris qu’il était indispensable de doter le milieu rural d’un service utile tant pour les professionnels, que pour les étudiants et les familles. Un atout essentiel quand ils veulent s’établir quelque part », note-t-il.

Ainsi le service Internet ajoute de la valeur aux maisons et permet le développement de l’emploi et des membres, ajoute Yvan Lanteigne du conseil d’administration (c.a.)

Pour démarrer, la Coop a reçu une aide financière de 460 449$, dans le cadre du programme Communautés rurales branchées, jouxtée à une subvention du Pacte rural de 171 167$. Mais elle vise devenir autonome.

Elle a d’abord desservi les bureaux municipaux et écoles, les citoyens puis les parcs, des campings et bibliothèques. Elle propose aussi des services ponctuels lors d’événements régionaux. Elle offre aussi le Wi-Fi dans certains parcs de Sorel-Tracy.

« Tous les mois, on progresse. On a 382 membres. C’est 33% de plus depuis deux ans, alors que la subvention versée depuis trois ans a diminué de 66% », précise M. Beauchemin.

Même si 80% de ses clients sont Bas-Richelois, elle a même étendu son réseau jusqu’aux portes de Varennes et à Saint-Pie.

Sa vitesse de transmission varie de 3, à 5 et 7 mégabit par seconde (Mbit/s) selon les forfaits. Elle pourra atteindre 10 Mbit/s sous peu.

Un réseau qui se modernise

« On a déjà remplacé 60 % du parc informatique installé en 2011 », explique un membre du c.a., Louis Duhamel.

La balance le sera dans la prochaine année, assure-t-il, grâce à une aide financière de 20 000$ du Fonds de développement des territoires – volet régional ruralité.

« Si on ne s’est pas plus étendu, c’est par souci de répondre entièrement aux besoins de la région », dit un autre membre de son c.a., Jean-Marc Beauchesne.

« Les demandes pour avoir une connexion à 10 Mbit/s sont beaucoup plus fréquentes. La Coop doit offrir un service performant et des prix concurrentiels », énonce Dominic Cadotte, un autre membre du c.a.

La Coop compte bien que la phase 3 de « Québec branché » lui permettra d’atteindre une fiabilité nouvelle.

« Nous avons mis des heures à desservir toute la MRC, que ce soit payant ou pas. Dans des contextes pas toujours faciles. Les connaissances de l’équipe font la différence », décrit Louis Duhamel. Mais, déplore-t-il, il y a encore quelques lieux difficiles sans accès, car ils ne reçoivent pas de signal.

« Les gens considèrent aujourd’hui qu’Internet est aussi essentiel que l’électricité », note Richard Hébert.

La Coop offre aussi, depuis l’automne, un service de téléphonie résidentielle et la promotion de services télévisuels.

image