François Beauchemin s'explique mal la chute libre de l’Avalanche


Publié le 25 avril 2017

François Beauchemin désire revenir avec l’Avalanche l’an prochain.

©Photo: tirée du site www.nhl.com

La dernière saison a été pénible pour l’Avalanche du Colorado. Le défenseur sorelois François Beauchemin est honnête : il s’agit de sa saison la plus frustrante en carrière.

L’Avalanche du Colorado n’a récolté que 22 victoires en 2016-2017, ce qui est bon pour le dernier rang dans la Ligue nationale de hockey. Avec 48 points, il s’agit du plus bas total depuis les Thrashers d’Atlanta en 1999-2000.

« C’est difficile d'expliquer pourquoi ça s’est passé ainsi, analyse François Beauchemin, qui en était à sa deuxième saison avec l’équipe. On a eu un bon camp d’entraînement et un bon début de saison. Mais à partir de la mi-novembre, on s’est mis à accumuler les défaites. On n’a jamais été capables de s’en sortir. »

Je n’avais jamais vu ça avant. Un moment donné, la frustration embarque.

François Beauchemin

Le défenseur de 36 ans admet que la confiance était à son plus bas. La vapeur apparaissait difficile à renverser.

« On a fait plusieurs meetings et de la vidéo. Quand on a vu que ça ne changeait pas grand-chose, je me suis dit que j’allais me concentrer sur ce que je pouvais contrôler, assure le vétéran. On n’a eu qu’un seul marqueur de 20 buts (Mikko Rantanen) et les autres joueurs offensifs n’ont pu marquer autant de buts qu’ils l’auraient voulu. Ça affecte tout le monde dans le vestiaire. »

De son côté, François Beauchemin a connu une saison plus difficile à l’attaque. En 81 matchs, il a récolté 5 buts et 13 passes pour 18 points, avec un différentiel de -14. Il a été nommé assistant au capitaine en début de saison.

Départ de Patrick Roy

En 2015-2016, l’Avalanche a passé près d’entrer en séries éliminatoires. Il s’agissait de la première année d’un contrat de trois ans de Beauchemin au Colorado. L’équipe avait terminé au neuvième rang dans l’Ouest à la dernière saison de Patrick Roy comme entraîneur-chef.

Cette saison, la situation s’est toutefois détériorée, déplore François Beauchemin. « Je n’ai pas signé au Colorado pour avoir 48 points. L’an passé, on était proche des séries. On s’attendait à mieux, surtout avec nos jeunes joueurs qui ont vieilli d’un an. Le départ de Patrick [Roy] n’a pas aidé certains joueurs je pense », admet le Sorelois.

Pour l’an prochain

Celui qui aura 37 ans en juin envisage tout de même sa dernière année de contrat avec optimisme. Pas question pour lui de demander un échange, son contrat étant assorti d’une clause de non-mouvement.

« Je me dis que ça ne peut pas être pire [l’an prochain]! Ça peut juste être mieux. J’espère seulement que tous les joueurs vont penser comme moi », souligne-t-il.

Avec la venue des Golden Knights de Vegas et du repêchage d’expansion de juin, Beauchemin ne croit pas qu’il quittera l’Avalanche cet été. Il n’a pas l’intention de lever sa clause de non-échange et ne croit pas être racheté par l’équipe. Il veut être un des trois défenseurs protégés par l’Avalanche.

« J’ai eu un bon meeting avec les coachs à la fin de l’année. Ils étaient satisfaits de mon rendement. J’ai fait le plus que je pouvais dans la situation qu’on connait. Je veux essayer d’encourager les jeunes pour recommencer à zéro dès l’an prochain », conclut-il.