L'entourage de Pierre Lemay salue son œuvre

Dernier match local des Vaillantes à Sainte-Victoire-de-Sorel


Publié le 20 mars 2017

Pierre Lemay disputait son dernier match de basketball à Sainte-Victoire-de-Sorel en tant qu'entraîneur des Vaillantes, le 12 mars.

©Photo: Gracieuseté

Anciennes joueuses, parents, collègues et amis étaient tous présents pour rendre hommage à Pierre Lemay au gymnase de Sainte-Victoire-de-Sorel, le 12 mars en après-midi. Celui-ci disputait son dernier match local comme entraîneur des Vaillantes qu’il dirige depuis 24 ans.

De cette centaine de personnes rassemblées pour souligner le départ de l'entraîneur qui a marqué les générations, il y avait Dominique Brun. La joueuse de la première édition des Diplomates de Tracy, en 1975-1976, qui a aussi évolué pour l'équipe Canada junior à l'âge de 14 ans, tenait à être présente pour l'occasion.

« C'est fou ce qu'il réussit à faire avec des jeunes de cet âge, a-t-elle constaté. Il a une passion et un savoir-faire qui créent une synergie incroyable. Il l'avait déjà naturellement dans notre temps. Il hurle encore les mêmes expressions et reproduit les mêmes gestes. Je reconnais les jeux qu'il nous faisait pratiquer. »

« Les 5e et 6e années affrontent toujours des garçons et elles gagnent tout le temps », a raconté Stéphanie Boucher, mère d'une fillette de l'édition actuelle des mini-Vaillantes et d'une fille plus âgée qui a joué sous les ordres de M. Lemay.

La raison du succès, selon elles? L'entraîneur.

Pierre Lemay en compagnie de son acolyte, Daniel Tellier.
Photo: Gracieuseté

Tous les gens interrogés étaient unanimes dans leurs éloges pour le mentor de 66 ans : sa passion et son intensité lui collent à la peau. Même le principal intéressé ne s'en cache pas.

« Je laisse comme héritage mon intensité, mon désir de vaincre et de toujours donner mon maximum. Certaines des filles que j'ai entraînées sont médecins. La discipline, le travail d'équipe et le dépassement, c'est ça que ça donne », a égrené l'entraîneur Pierre Lemay.

À une époque où les femmes sont encore en constant combat pour être prises au sérieux dans le monde du sport, la machine écrasante des Vaillantes, une équipe de filles fréquentant les écoles primaires de la région et affrontant des garçons de leur âge, laisse toujours des parents bouche bée.

« On a prouvé que les filles performent à un niveau élevé autant dans les sports, à l'école et dans la vie, a dit fièrement M. Lemay.  Avant, c'était presque impossible de voir des filles jouer contre des gars. »

Il explique que sa retraite n’est pas en raison d’un manque de passion. Sa façon d'entraîner est à l'origine de son retrait. « J'arrive chez nous le soir tout en sueur et j'ai 66 ans. Il faut que j'y pense », a-t-il confié.

Pas de retraite définitive pour Daniel Tellier

L'acolyte de Pierre Lemay depuis plus de deux décennies, Daniel Tellier, n'a pas confirmé de retraite définitive.

« Je suis encore capable », a dit celui qui a préparé les mini-Vaillantes lors de leurs premières années de développement afin de les préparer à la façon d'entraîner de son collègue.

Le match

Pour l'occasion, les Vaillantes ont défait les Tornades de St-Jean par la marque de 62-31. La foule a réservé une ovation émotive à Pierre Lemay avant le match et dès la dernière minute de jeu du quatrième quart.

Rappelons que les Vaillantes deviendront les Sonics, à partir de l'an prochain. Carl Turcotte  prendra le relais du programme.

L’entraîneur des Vaillantes, Pierre Lemay, a soutenu l’une de ses anciennes protégées, Marika Guérin, lors du championnat provincial le 4 mars.
Photo: Gracieuseté

La championne Marika Guérin se remémore Pierre Lemay

Quelques heures après la dernière rencontre de Pierre Lemay à Sainte-Victoire-de-Sorel, Marika Guérin, ancienne joueuse des Vaillantes, de 2002 à 2006, prenait part à la finale canadienne de basketball universitaire avec les Martlets de l'Université McGill.

Ses souvenirs de Pierre Lemay demeurent, pour elle, impérissables.

« C'est vraiment lui qui m'a donné la passion du basketball, a-t-elle commenté. Quand tu es jeune, c'est à ce moment que tu développes tous les fondements importants, a-t-elle expliqué. C'est un entraîneur extraordinaire grâce à qui j'ai eu une belle carrière et grâce à qui je suis tombée en amour avec le basketball. Il est un pilier dans le monde du basketball à Sorel-Tracy. »

Une ancienne joueuse des Vaillantes rend hommage à Pierre Lemay

L’ancienne joueuse des Vaillantes,  Noémie Chapdelaine, protégée de Pierre Lemay durant cinq ans lors de son passage au primaire, s’est remémoré avoir fait le tour du Québec et de l'Ontario durant ces années bien remplies avec l'équipe de Sainte-Victoire-de-Sorel.

« D'être ici, c'est émouvant. Ça fait presque 20 ans que j'ai joué pour les Vaillantes », a admis l’ancienne joueuse qui a poursuivi son parcours au basketball avec les Polypus et les Rebelles.

La femme de 28 ans n'a pas caché son admiration pour son ancien entraîneur. Elle était nerveuse de ne pas rendre un hommage à la hauteur du personnage qu'est M. Lemay.

« Il nous a transmis sa passion pour le basketball. L'éthique de travail et l'esprit d'équipe, je les ai toujours gardés. Les Vaillantes, c'est une famille. Ce n'est pas pour rien qu'on est ici aujourd'hui. C'est gravé en moi. »

L'enseignante relatait la belle continuité dans le développement des athlètes, ainsi que le calibre impressionnant qu'elles continuent à offrir.

Selon elle, Pierre Lemay a forgé son caractère et sa persévérance dans tous les aspects de sa vie.

« Je fonce à cause de lui, aujourd'hui. Il nous a poussé à être des battantes et des gagnantes, mais toujours dans le respect et la dignité. C'est la plus belle leçon de vie qu'il a pu nous transmettre. » 

À lire aussi: - Les Vaillantes deviendront le Sonic dès l'automne