Danick Lambert se surpasse dans la cour des grands

Courses ovales de motoneige


Publié le 16 février 2017

Danick Lambert se surpasse dans la cour des grands

©Photo: gracieuseté – VIGNO

Âgé de seulement 18 ans, Danick Lambert est le plus jeune pilote dans la série semi-pro champ en course ovale de motoneige. Le Sorelois participait à sa première course dans ce prestigieux circuit le 10 février à Valcourt et il en a profité pour amasser au passage sa première victoire.

« Je rêvais à ça depuis que je suis tout petit, commente Danick Lambert au bout du fil. Je pousse la motoneige à 100 milles à l’heure et j’évolue dans la même classe que les meilleurs comme Jacques Villeneuve. En plus, je réussis à avoir une victoire à ma première course. C’est plus que ce que j’espérais. »

Après avoir connu le meilleur départ, je savais que j’avais une chance. Danick Lambert

Non seulement a-t-il terminé premier après s’être qualifié au premier rang le 10 février, mais il est parvenu à terminer au deuxième rang le 12 février, dans la même classe. Un bris mécanique l’a pourtant empêché de terminé sa qualification la veille.

« La fin de semaine s’est très bien déroulée. Un journaliste là-bas m’a demandé, après les courses, depuis combien de temps je coursais dans cette catégorie. Je lui ai répondu que ça faisait 15 minutes! », lance-t-il en riant.

Embauché par une équipe ontarienne

Avant cette compétition à Valcourt, Danick Lambert s’est fait voir aux États-Unis, où il avait passé trois semaines au Wisconsin à participer à différentes courses. C’est à ce moment qu’une équipe ontarienne, Weatherill Racing, l’a approché.

« Depuis que j’ai commencé à courser il y a plusieurs années, ils m’avaient vu. Ils m’ont dit qu’ils étaient contents de m’avoir choisi, comment je me comporte en piste. Ils ont déjà leur chauffeur pour le pro champ, la plus grosse catégorie, alors je suis leur chauffeur en semi-pro champ. D’ici un an ou deux, je vise le pro champ! », souligne-t-il, ambitieux.

Depuis qu’il course pour l’équipe Weatherill Racing, le Sorelois a maintenant toutes dépenses payées, y compris l’habillement, les mécaniciens, le casque, etc.

« C’est pas mal différent qu’en semi-pro 500 ou pro 500. Je continue quand même à courir dans ces deux catégories avec mon autre motoneige pour le plaisir. C’est certain qu’il n’y a rien comme adrénaline que de courser en semi-pro champ avec des grosses vitesses, mais je veux quand même faire plusieurs courses pendant les week-ends », analyse M. Lambert.

À Valcourt, le Sorelois a terminé deuxième en semi-pro 500 et quatrième en pro 500. Il a aussi été victime d’un accident en semi-pro 500, alors qu’un adversaire a perdu le contrôle et n’a pu éviter sa motoneige. « Je m’en suis sorti avec un mal de dos, mais rien de grave », conclut-il.

Les deux dernières fins de semaine de courses de Danick Lambert auront lieu à Eganville en Ontario et à Boonville dans l’état de New York.