La Collection Denis St-Martin: chronique historique

Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu, né à Paris en 1585.

Publié le 27 février 2017

Cette gravure au burin sur cuivre date de 1660 et ses dimensions sont de 30,8 x 22,2 cm. Elle fut gravée par Gilles Rousselet (1610-1686), dessinateur, graveur au burin et marchand d'estampes à Paris. C’est aussi à Paris que le collectionneur Denis St-Martin trouve cette gravure chez Colette Mas de la Galerie MAS, il y a presque dix ans.

©Germain Martin

Dans le cadre des fêtes du 375e anniversaire de Sorel-Tracy, le collectionneur Denis St-Martin présente, chaque dernier mardi du mois et tout au long de l’année 2017, une série de douze petites chroniques historiques reliées à l’histoire de Saurel et tirées de livres, de manuscrits, de cartes d’époque, tous des originaux de sa Collection. Voici la deuxième.

Armand-Jean-du Plessis

En 1607, son frère Alphonse ayant renoncé à cette charge (droit acquis par sa famille en 1584), Armand-Jean-du Plessis est sacré évêque de Luçon à l'âge de 22 ans, après de sérieuses études en théologie. Le 5 septembre 1622, Richelieu obtint le chapeau rouge de cardinal et en 1624, il devient le principal ministre du roi Louis XIII. Le cardinal de Richelieu est le type même de l’homme d’État, son intelligence est exceptionnelle et son sens politique confine au génie. Il  consacre ses talents, son énergie, sa vie, à la France et à son Roi.

Grâce à Richelieu, le développement de la Nouvelle-France s’impose et l'on souhaite en faire une colonie de peuplement. Il fonde, en 1627, la Compagnie de la Nouvelle-France, dite des Cent-Associés afin de soutenir Samuel de Champlain et ses initiatives en Nouvelle-France. Cependant, Richelieu meurt en poste le 4 décembre 1642, l’année où Maisonneuve fonde Montréal, l’année où Charles Huault de Montmagny fait ériger le fort Richelieu.