Sections

Un trafiquant de drogues écope de 15 mois de prison


Publié le 1 septembre 2017

Gilles Piché passera les 15 prochains mois en prison.

©Photo gracieuseté - Alexey Klementiev

Gilles Piché passera les 15 prochains mois en prison. L’homme de 54 ans a plaidé coupable, le 1er septembre au palais de justice de Sorel-Tracy, à plusieurs chefs d’accusation en lien avec la possession et le trafic de différentes drogues.

M. Piché a d’abord été arrêté le 26 avril à son domicile après une enquête policière. Les policiers ont saisi 2600$ en argent, 38 grammes de cocaïne, 75 buvards, 27 comprimés de méthamphétamines, 129 comprimés de Viagra, deux cellulaires, 484 grammes de cannabis en plus de la résine de cannabis, selon ce qui a été rapporté en Cour.

Remis en liberté sous plusieurs conditions, il a de nouveau été arrêté quatre mois plus tard, en août. Les policiers ont saisi sur lui quelques comprimés de méthamphétamines en plus d’une liste de clients.

L’avocat de la défense, Me Réal Quintal, a plaidé que son client devait être remis en liberté en attente de sa sentence. Il a fait témoigner un représentant d’une maison de thérapie qui a dit à la Cour que M. Piché était prêt à entrer en thérapie.

La juge Louise Leduc a toutefois décliné cette option. Elle s’est ralliée aux arguments du procureur de la Couronne, Me Philippe Desnoyers, qui considérait que l’accusé représentait un danger pour la société et qu’il devait rester incarcéré.

« Étant donné vos antécédents, vous envoyer en thérapie serait insuffisant. Vous devrez faire face à la justice immédiatement », a déclaré la juge.

Me Quintal a suggéré une peine de 15 mois de prison, tandis que Me Desnoyers voulait plutôt 23 mois. La juge a penché cette fois vers les arguments de la défense.

« Vous avez déjà subi une thérapie en 2004 qui vous a rendu sobre pendant 10 ans. Il y a eu une période de rechute depuis 2015. Je dois tenir compte de tous les facteurs. […] C’est pourquoi je crois que 15 mois de prison sont suffisants, en plus d’une probation de deux ans. Ce sera assez dissuasif et assez long pour que vous vous reprenez en mains par la suite », a commenté la juge Leduc.