Sections

Dissocié d’un réseau de trafic de stupéfiants, il plaide coupable


Publié le 21 avril 2017

Yves Saint-Laurent a été arrêté en octobre 2013

©TC Média Archives/Jean-Philippe Morin

« Yves Saint-Laurent est un dommage collatéral à l’opération policière qui a mené à l’arrestation du réseau de trafic de stupéfiants, qui inclut l’avocat Luc Vaillancourt », a affirmé la procureure de la Couronne, Geneviève Beaudin, au moment où l’accusé a plaidé coupable.

M. Saint-Laurent a plaidé coupable à quatre chefs d’accusation, dont possession et trafic de stupéfiants.

Les policiers ont intercepté une conversation cellulaire entre l’accusé et Sylvie Mongrain, qui a aussi plaidé en mars 2017. Elle avait l’intention de faire passer des stupéfiants dans le centre de détention de Sorel-Tracy par le biais de l’avocat Luc Vaillancourt, raconte Me Beaudin.

« Elle a demandé à M. Saint-Laurent de lui fournir des méthamphétamines. Elle ne lui a pas indiqué ses intentions d’intégrer les stupéfiants dans le centre de détention. Il n’était pas au courant du complot », assure l’avocate.

Selon les propos de Me Beaudin, les policiers ont effectué une filature qui leur a permis d’apercevoir l’échange des stupéfiants entre M. Saint-Laurent et Mme Mongrain. Par la suite, les policiers ont tenu une perquisition au domicile de l’accusé. Ils ont saisi 329 grammes de cannabis et 694 comprimés de Viagra et de Cialis.

L’avocat de la défense, Christian Crevier, a demandé la conception d’un rapport présententiel. Le dossier reviendra devant la Cour le 1er septembre.

Le dossier de Luc Vaillancourt sera traité le 4 mai au palais de justice de Sorel-Tracy. Tous les autres présumés complices, soit Yannick Nadeau, Jean-François Raymond, Sylvie Mongrain et Karine Grenon, ont plaidé coupables.