Une accusée est dissociée du projet Venet


Publié le 17 mars 2017

Sophie Archambault à sa sortie du palais de justice de Sorel-Tracy.

©TC Média – Jonathan Tremblay

Sophie Archambault, une des six accusés dans le projet Venet, a obtenu une période de probation de deux ans et un suivi de 18 mois. Elle devra aussi se soumettre à effectuer 75 heures de travaux communautaires.

La femme de 44 ans a plaidé coupable au chef d'accusation de possession de stupéfiants qui pesait contre elle alors que les charges en lien avec le réseau de trafic de drogues ont été abandonnées.

Selon ce que la Couronne a constaté, des gens allaient à la résidence de Mme Archambault, car Stéphane Vendette, avec qui elle entretient une relation amoureuse, laissait des quantités importantes de stupéfiants à son domicile.

« Il se servait de madame, a expliqué Me Sénécal. Mais clairement, il y avait un réseau [de trafic de stupéfiants] et elle était au courant. »

Rappelons que d’importantes quantités de cannabis, cocaïne et amphétamines ont été saisies le 18 janvier, à Contrecœur, sur les rues L’Heureux et Berthiaume, dans le cadre du démantèlement d’un réseau de trafiquants possiblement lié au crime organisé.

La dernière sentence à rendre dans le projet Venet est celle de Kathie Brassard-Tremblay. Elle sera prononcée le 4 avril.