Un homme de 67 ans obtient quatre ans de pénitencier

Reconnu coupable d'introduction par effraction et de voies de fait


Publié le 16 mars 2017

Goolam Codabaccus a reçu une peine de quatre ans de pénitencier.

©DepositPhotos.com/JanPietruszka

Goolam Codabaccus, reconnu coupable d’avoir tabassé une femme à son domicile, a reçu une sentence de quatre ans de pénitencier provenant d'une suggestion commune des procureurs, le 16 mars, au palais de justice de Sorel-Tracy.

L'homme de 67 ans avait été déclaré coupable de chefs d'accusation d'introduction par effraction et de voies de fait causant des lésions sur une victime, le 24 février dernier.

L'accusé était détenu à la prison de Bordeaux depuis le 10 septembre 2016, jour de son arrestation.

« La proposition tient compte de la gravité des crimes, a expliqué le procureur de la Couronne, Me Cimon Sénécal. Je considère la peine d'aujourd'hui raisonnable, mais je consens qu'elle aurait pu être plus longue. »

L'avocate de la défense, Me Laurence Cournoyer, n'a pas ajouté de commentaires à ceux de son homologue, à l'exception qu'il s'agissait d'une peine raisonnable.

Le juge Denys Noël a agréé à la suggestion commune des avocats. Il a néanmoins souligné qu'il ne trouvait pas de facteurs atténuants, et que, selon lui, cette peine se trouvait au bas de l'échelle dans la fourchette de peine en matière d'introduction par effraction.

« Ce sont des crimes odieux. Dans certains cas semblables, j'ai remis des peines de 10 et 12 ans, a admis le juge. En plus, vous n'avez pas plaidé coupable. Vous ne présentez aucun signe de remords », a-t-il mentionné, en s'adressant à l'accusé.

En soustrayant les mois de détention qu'il a purgés, M. Codabaccus purgera donc trois ans et quatre mois de pénitencier.

La victime de M. Codabaccus était présente dans la salle, sans toutefois témoigner. Le procureur de la Couronne, Cimon Sénécal, a confirmé que la victime approuvait la déclaration de la poursuite. Il a aussi affirmé qu'elle avait subi plusieurs blessures et qu'elle vivait avec des séquelles psychologiques.

Rappelons que trois autres personnes liées à ces événements ont été arrêtées : Troy Truax (44 ans), Marie-Aimée Boutin (38 ans) et Mélanie Tremblay (36 ans). Elles font face aux mêmes chefs d'accusation.

À lire aussi:

Un Sorelois reconnu coupable d’avoir tabassé une femme

Trois autres personnes arrêtées dans une histoire d’introduction par effraction