Sections

La résilience au cœur du nouvel ouvrage de Marthe Saint-Laurent

Lancement le 13 septembre


Publié le 25 août 2017

Marthe Saint-Laurent se sert de son expérience pour parler de résilience dans son nouveau livre.

©Photo: Gracieuseté

L’écrivaine de Saint-Antoine-sur-Richelieu, Marthe Saint-Laurent, a vécu de nombreuses épreuves. Elle a décidé de partager son expérience pour trouver la force de les traverser dans son 15e ouvrage traitant de la résilience.

La couverture du livre
Photo: Gracieuseté

Ce livre intitulé Après le fond du gouffre : la résilience heureuse sera sur les tablettes de toutes les librairies du Québec dès le 13 septembre. Selon l’auteure, le sujet s’est imposé de lui-même.
« Après les épreuves que j’ai traversées, je me sentais un peu redevable. J’avais consulté une thérapeute et j’avais réussi à m’en sortir. À cette époque, je ne pensais pas que quelqu’un comme moi pouvait parler de ce sujet. Je pensais que cela devait être traité par un professionnel, mais qui de mieux qu’une personne qui a vécu cette situation pour en parler? », croit-elle.
L’écrivaine confie avoir touché le fond. En l’espace de deux semaines, son conjoint est décédé et elle a perdu son emploi. En détresse, elle a sombré dans l’alcool et les relations amoureuses malsaines.

De l’ombre à la lumière

Au cours des différents chapitres, l’écrivaine abordera à l’occasion son passé pour illustrer ses propos. Le livre est divisé en plusieurs chapitres décrivant chacune des étapes par lesquelles une personne dans cette situation peut passer.
Il y a entre autres la prise de conscience, la révolte, la chute, la gratitude, la résilience et le test de la vie. Le temps que prendra la personne pour se relever dépendra de plusieurs facteurs abordés dans le livre, ajoute l’écrivaine.
« On vit différemment l’épreuve qu’on soit un jeune, un adulte ou une personne âgée. La chute peut prendre différentes formes et durer plus longtemps selon la personnalité de la personne. La révolte passera par une période de délinquance. Certains sombreront dans l’alcool ou s’engourdiront par les médicaments parce qu’ils sont révoltés de ce que la vie leur envoie », décrit-elle.
L’étape la plus importante, continue l’auteure, est celle de la résilience. Le moment où la personne remercie la vie de lui avoir envoyé cette expérience qui fait d’elle ce qu’elle est.
« La résilience heureuse, c’est quand on est capable de se dire que nous avons survécu, que nous sommes passés à travers et qu’on peut même en rire. Il est toutefois important de passer par chaque étape. C’est aussi là qu’on voit des personnes en retirer une grande force. Par exemple, en créant une fondation ou en changeant de vie complètement », conclut-elle.
Pour des informations, les gens peuvent se rendre au www.marthesaintlaurent.com.