JiCi Lauzon: Un humour qui ne veut pas mourir


Publié le 24 février 2017

JiCi Lauzon présente son nouveau one man show à la Maison Lenoblet-du-Plessis.

©Gracieuseté

L’humoriste et comédien JiCi Lauzon présentera son nouveau spectacle DROLD’R dans sa ville d’adoption, Contrecœur, le 10 mars à la Maison Lenoblet-du-Plessis.

Après plusieurs années à jouer dans différents téléromans et après s’être impliqué en politique en 2015, il retourne à ses premières amours en lançant son nouveau one man show qui sera rythmé de musiques et de parodies.

« Les dernières années ont été investies beaucoup dans l’environnement et la campagne électorale de 2015. Depuis que ça c’est terminé, j’ai continué à lire là-dessus, non sans une certaine déprime. […] Je vais continuer à tenir ce discours en humour et en musique », affirme-t-il.

L’environnement, plus particulièrement les sujets touchant l’eau, sont au cœur de ce spectacle. En rodage à Contrecœur, il sera présenté en grande première au Théâtre Capitole de Québec le 22 mars, la Journée mondiale de l’eau.

Toutefois, il ne veut pas que le spectacle soit pessimiste. Il souhaite projeter un message écolo et rigolo. « Le discours environnementaliste peut être tenu de façon joyeuse. Il le faut. Sinon ça devient rébarbatif. Quand les gens sont de bonne humeur, tu peux parler d’un paquet d’affaires! »

JiCi Lauzon présente son nouveau one man show à la Maison Lenoblet-du-Plessis.
Gracieuseté

L’influence de la politique

JiCi Lauzon s’est présenté comme candidat pour le Parti vert du Canada en 2015. Cette courte expérience en politique a influencé l’écriture de ce spectacle.

« Je fais un bilan de cette campagne. Je parle de comment Corina Bastiani [NDLR : son attachée politique] et moi avons travaillé. Elle va aussi prendre la parole. C’est important de ne pas faire comme si rien ne s’était passé. […] J’aurais trippé en étant député. Mais c’est clair que le vrai fun pour moi, c’est d’être sur scène avec du monde, pas en politique », croit-il.

Le spectacle sera rythmé de multiples sujets, que ce soit la musique, la paternité tardive, l’amour, les mots d’enfants et la technologie. À 62 ans, il aborde son spectacle avec sagesse.

« Plus jeune, j’étais plus agressif, plus impertinent. Je voulais faire ma marque. En vieillissant, c’est d’être pertinent qui est d’important. Le message du show, je le veux joyeux. Au fond, Je ne suis pas quelqu’un de méchant. Ça ne donne rien. L’humour et l’amour, ça va ensemble », conclut-il.

Les prochaines années s’annoncent chargées pour le résident de Contrecœur. Plusieurs dates de spectacle sont prévues à l’horaire jusqu’en 2018. Il prévoit également se produire en spectacle en Europe.