Sections

« Je veux faire mieux pour Sorel-Tracy » - Marcel Robert

Candidat à la mairie de Sorel-Tracy


Publié le 9 août 2017

L'ancien maire de Sorel-Tracy Marcel Robert a annoncé, ce soir, qu’il sera candidat au poste de maire lors des élections du 5 novembre. Le développement socio-économique et la concertation sont les principaux axes sur lesquels misera le candidat pour se faire élire.

Après avoir sondé le milieu et son entourage, l’ancien directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy a pris la décision de se lancer, souligne-t-il.
« Je fais un retour. C’est une décision mûrement réfléchie. Ce n’était pas une décision facile à prendre après avoir goûté au confort d’une retraite, mais je me suis senti interpellé face à la situation de Sorel-Tracy. Je m’engage avec humilité et avec mon bagage d’expériences antérieures », a mentionné M. Robert.
Il a été à la tête de la municipalité pendant deux mandats, de 2000 à 2009. Dans les derniers mois, il a été plusieurs fois en voyage. Durant ses escapades, il était incapable de ne pas s’intéresser à ce qui se passait dans la région, avoue-t-il.
« Même à l’étranger, je suivais l’actualité. Je pense qu’il y a des choses qui ne fonctionnent pas. Je voudrais ce qui a le mieux pour les citoyens. Plusieurs d’entre eux m’ont demandé de m’impliquer et j’ai décidé de m’engager », explique le candidat.

Deux axes principaux

Le travail d’équipe et la concertation seront les leitmotivs au cœur de la campagne électorale de M. Robert au cours des prochaines semaines. Selon l’ancien maire, il est important que le développement de la région se fasse en équipe et non autour d’un unique concept.
« Il faut que les projets avancent en laissant de côté la partisannerie politique. Il faut aussi qu’il y ait une concertation avec la communauté pour tenir compte de ses besoins. Ce que l'on veut c'est leur offrir des services de qualité et une bonne qualité de vie », affirme-t-il.
L’ancien directeur de la chambre de commerce et d’industrie Sorel-Tracy veut aussi miser sur le développement socio-économique après la perte de plusieurs grosses entreprises dans les derniers mois, dont Alstom et une partie du centre administratif de Chalifoux.
Pour lui, la croissance économique passe par l’accroissement de la population régionale. Il faut tenter de mettre en place des actions pour garder les citoyens ici et en attirer des nouveaux, pense M. Robert.
« On a l’impression que nous vivons une situation semblable aux débuts des années 2000 où l’on annonçait plusieurs pertes d’emplois. Cela avait créé une pression insupportable sur le milieu. Il faut agrémenter notre image. Une image positive se répercutera à l’extérieur, ce que l’on souhaite pour devenir un attrait physique et garder nos gens chez nous », conclut-il.