Sections

Un conflit entre élus aurait poussé la directrice générale à démissionner

Municipalité de Yamaska


Publié le 15 mai 2017

La situation au conseil municipal de Yamaska fait jaser.

©Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

De la discorde entre des membres du conseil de Yamaska et certains employés municipaux aurait poussé la directrice générale de la municipalité, Karine Lussier, à remettre sa démission.

Cette annonce est survenue durant la séance ordinaire du 1er mai. Le maire de Yamaska, Louis R. Joyal, a confirmé au journal Les 2 Rives que Mme Lussier avait accepté un poste à la municipalité de Saint-Aimé. Elle demeurera toutefois en fonction jusqu'au milieu de l'été. La principale intéressée n'a pas retourné notre appel.

Le maire Joyal pointe du doigt les conseillers Alain Crevier et Léo-Paul Desmarais en lien avec cette démission. « Notre directrice se fait toujours critiquer et certains membres du conseil se montrent insistants, a-t-il mentionné en entrevue téléphonique. Elle a démissionné parce qu'elle trouvait l'ambiance difficile depuis son arrivée en poste, il y a deux ans. Elle a récemment reçu une menace verbale de la part du conseiller Alain Crevier », a ajouté le maire de Yamaska.

M. Crevier a confirmé avoir dit les propos considérés comme une menace verbale par Louis R. Joyal. Il ne croit cependant pas que ce n'en soit une. Selon lui, ses paroles ont été prises hors contexte, car il mentionnait cela « comme on parle à un ami ». Toujours selon ses dires, les tensions entre le conseil et les employés proviendraient davantage d'un règlement de compte entre M. Joyal et lui, ce que le maire nie. M. Crevier considère que cette irritation serait probablement la raison pour laquelle Mme Lussier a quitté ses fonctions.

« S'ils disent qu'elle est partie par ma faute, c'est dommage. Je fais mon travail et ça consiste à poser des questions et à m'informer », se défend-il.

De son côté, Léo-Paul Desmarais qualifie la situation de « tempête dans un verre d'eau ». Il ne pense pas avoir exagéré envers qui que ce soit.

« La chicane, ça se fait à deux, dit M. Desmarais. Il n'y a personne à blâmer plus que l'autre. […] Il faut être capable d'accepter un reproche de temps en temps », précise-t-il. Il raconte ne pas avoir de problème avec la directrice générale. Son départ serait une série de circonstances, selon lui.

M. Joyal « se devait s’agir en tant que maire », a-t-il affirmé en entrevue. Il a abordé la problématique dans le dernier bulletin municipal.

« Pour corriger la situation, le conseil municipal a décidé de limiter [les] interventions [des conseillers] dans l’administration en adoptant un règlement de délégation de compétences plus flexible, lequel sera adopté prochainement », peut-on lire dans le mot publié au début mai. Les conseillers n'auraient plus de contacts directs avec les employés municipaux, mais devraient demander au maire les informations qu'ils souhaitent obtenir.

Un autre membre du personnel a présenté sa démission en avril, allègue le maire. Le conseil a réagi afin de conserver les services du salarié concerné.

La conseillère Diane De Tonnancourt croit que la directrice générale Karine Lussier a subi les conséquences et les dommages de la tension soutenue au conseil. Elle admet que les élections de novembre feront partie de la solution. Mme De Tonnancourt espère toutefois que « certains aient compris le message » avec ce départ.