Un marché public verra le jour au carré Royal à l’été

Le Marché du Vieux-Saurel


Publié le 15 février 2017

Le Rendez-vous des Saveurs avait attiré en 2006 de nombreux visiteurs enthousiastes. Le marché du Vieux-Saurel s’inspire un peu de sa formule gagnante réunissant producteurs agricoles et de produits transformés.

©Photo: TC Media- Archives

À l’instar de plusieurs villes du Québec, Sorel-Tracy aura, dès le 10 juin, son marché public, le Marché du Vieux-Saurel.

Il occupera l’allée longeant la rue Prince, au carré Royal, tous les samedis de juin à octobre. Il réunira producteurs agricoles et artisans, décrit son vice-président, Jean-Philippe Thivierge.

Organisme à but non lucratif formé par Marie-Renée Sheridan, Nathalie Lacasse et M. Thivierge, le marché fera notamment revivre au centre-ville, un marché inspiré des activités disparues qui ont fait la gloire du marché Richelieu à une certaine époque. Mais il aura aussi cette approche plus moderne adoptée dans d’autres municipalités comme Saint-Bruno, Longueuil ou Saint-Denis, d’un marché qui permet de créer des liens étroits entre producteurs locaux, artisans et consommateurs.

Le groupe a déjà obtenu de la Ville la permission de s’installer au carré Royal pendant 18 semaines. Il travaille actuellement à recruter des producteurs locaux intéressés à présenter leurs produits, sous des chapiteaux mobiles qu’ils installeront eux-mêmes au centre-ville, tous les samedis de 9 à 15 heures.

« Nous pourrons en accueillir une quarantaine à la fois dont les deux tiers pourraient vendre des produits frais et le tiers des produits transformés de leur cru. Ces produits transformés seront approuvés par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec », décrit M. Thivierge.

Contrairement à d’autres marchés publics, celui du Vieux-Sorel n’acceptera pas de revendeurs et recevra des artisans de bon niveau, précise-t-il.

« Nous voulons que les consommateurs y trouvent des produits diversifiés et originaux. Le marché ne sera pas une brocante », insiste M. Thivierge.

Déjà, des producteurs de Sainte-Anne-de-Sorel, Longueuil, Chambly et Yamaska y sont inscrits.

« Nous souhaitons que le marché devienne aussi une vitrine intéressante pour des gens qui n’ont pas toujours de visibilité, mais offrent des produits originaux. Un véritable marché public qui ajoutera un attrait de plus aux activités commerciales du centre-ville », décrit M. Thivierge.

Le marché a déjà reçu l’aval du commissaire agricole Alain Beaudin avec qui ses promoteurs travaillent pour le recrutement de ses producteurs agricoles.